Emballages et packagings, entre intensification de la réglementation et attentes des consommateur·ice·s

07

/

02

/

2023

- par

ethiwork

Céline Dassonville, ceo et fondatrice d’ethiwork, a eu l’occasion de participer aux échanges initiés par Crystalchain, plateforme spécialisée dans les enjeux de traçabilité et transparence, à propos des packagings aux côtés de Sophie Aubert de (RE)SET, Sylvain Cariou de Crystalchain et Marine Le Cam de Francéclat. Ce webinaire a permis de revenir sur le packaging comme sujet RSE pour les marques et les innovations qui en découlent, les obligations à venir liées à la loi AGEC mais aussi son rôle marketing intrinsèquement lié à l’ADN des marques et la perception des consommateur·ice·s.

L’industrie de la mode représente à elle seule 180 milliards de polybags par an, dont seulement 15% sont recyclés. De plus, le packaging a une influence directe sur la pratique d’achat, 83% des français·es ont déjà renoncé à l’achat d’un produit à cause de son emballage et 41% en raison du suremballage du produit (OpinionWay). Toutefois, l’emballage est la partie la plus visible mais pas nécessairement la plus significative concernant la question de l’impact environnemental. Si l’on prend l’exemple du secteur de la mode et du luxe, c’est le scope 3, c’est à dire les impacts indirects de la chaîne d'approvisionnement, qui constitue l’impact le plus lourd. L’importance du packaging dans les stratégies RSE des marques réside alors dans son rôle symbolique et le poids de cet élément marketing dans la proposition de valeur globale. Il y a donc un véritable enjeu de transformation et d’innovation de cet élément, dans le respect des codes des maisons.

La réglementation évolue en conséquence avec la création d’une filière de recyclage (REPDEIC) pour tous les emballages en plastique à usage unique à compter du 1er janvier 2025. Le sujet dépasse la simple émancipation du plastique vierge mais implique un impact systémique et la création de nouveaux circuits pour limiter les empreintes négatives. Par ailleurs, la Commission Européenne a adopté la révision de la directive sur les emballages et les déchets d'emballages le 30 novembre dernier. Cette révision contribue à atteindre l'objectif du Green Deal européen et du plan d'action pour l'économie circulaire afin que l’ensemble des emballages présents sur le marché européen soient réutilisables ou recyclables de manière économiquement viable d'ici 2030. Parmi les règles à observer, les pays de l'Union Européenne devront veiller à ce que des systèmes de responsabilité des producteurs soient mis en place pour tous les emballages d’ici à la fin 2024.

Proposer des alternatives innovantes aux packagings impose une intelligence collective au service de l’innovation et la mise en œuvre d’une réflexion circulaire par l’adoption de méthodes de travail adéquates qui prennent en compte la fin de vie de l’emballage ainsi que tous les postes d’impact négatif de son cycle de vie. Dans le secteur de l’horlogerie joaillerie, l’emballage représente un aspect essentiel de la stratégie marketing. Après l’approvisionnement éthique en matériaux et le respect des droits humains, la question de l’emballage arrive au second plan des préoccupations des consommateur·ice·s en matière de durabilité dans l’industrie horlogère (Étude Deloitte 2021 sur l’industrie horlogère suisse).

De nombreuses marques s’engagent, comme c’est le cas de Breitling qui propose un écrin soucieux de l’environnement, pliable et réutilisable, fabriqué à partir de bouteilles en plastique recyclées et dont le petit format permet une réduction significative des émissions de CO2. Cet emballage a ainsi reçu le label Efficient Solution délivré par la Fondation Solar Impulse. Panerai, de son côté, met en avant un emballage fabriqué à partir de papier FSC, dont 72% des matériaux sont recyclés. Sa taille réduite permet à son tour de diminuer les émissions de CO2 de 48%. Quant à la maison engagée et entreprise à mission Vever, elle propose du papier et carton recyclables labellisés FSC ainsi que des coussins recouverts de soie naturelle issue de fin de rouleaux provenant de maisons de haute couture qui sont ensuite façonnés à la main par l’Atelier Dreieck à Paris. Enfin, les innovations par l’usage de nouveaux matériaux se multiplient comme c’est le cas pour ID Genève qui s’associe à Notpla pour créer un écrin à base de biomasse d’algue, compostable et biodégradable. Cet écrin se désintègre facilement dans la nature en 4 à 6 semaines et ne nécessite pas de compostage industriel ou de conditions particulières.

Si vous souhaitez réfléchir à la structuration de votre stratégie RSE, considérez devenir entreprise à mission, envisagez une labellisation B Corp ou travaillez sur un enjeu de sourcing plus responsable, ethiwork et sa communauté de consultant·e·s sont à votre écoute pour vous accompagner dans ces choix. Pour en savoir plus n'hésitez pas à nous suivre sur les réseaux sociaux, écouter nos podcasts ou consulter notre librairie d'études et notre base de données solutions.  

Il est possible de retrouver les échanges qui ont pris place au cours de ce webinair sur le replay mis à disposition par Crystalchain.

crédit photo : Revieshan sur Unsplash

plus d'articles
Entreprise militante – ethiwork x Paris Good Fashion
09
September
2020

lire l'article
[ROAD TO INDIA] Céline Dassonville au G20 YEA 2023 ! 🇮🇳
11
May
2023

lire l'article
Entreprise militante – ethiwork x CEC
10
October
2021

lire l'article

remonter